Marie-Jo Lafontaine - Tout Ange est Terrible!

22/04/2021 - 26/06/2021

Tout ange est terrible, une exposition
Tout ange est terrible est le titre de l’exposition de Marie-Jo
Lafontaine que vous allez visiter, découvrir, observer et même, osons
le mot, contempler dans le magnifique hôtel particulier de la Belgian
Gallery de Bruxelles. Tout ange est terrible est aussi le titre du livre,
magistral, que l’artiste vient de publier aux Éditions La Lettre volée et
qui retrace, accompagné d’un texte incandescent de Véronique
Bergen, son parcours et son œuvre sculpturale, photographique et
monochrome, vidéo. Tout ange est terrible est donc une expérience,
qui réunit un livre et une exposition pour nous parler, maintenant, du
corps, du monochrome et des couleurs, du portrait en photographie.
Avec eux, Tout ange est terrible nous invite à traverser le pays
mystérieux du désir, de l’attente et du défi, de la peur.
Une photographie pourrait en être l’ouverture : le portrait en noir et
blanc d’une jeune femme androgyne ; ses yeux bleus, brillants comme
un ciel d’acier, demeurent indécryptables, sa présence inouïe. On
songe alors au portrait dans l’histoire de l’art. Faut-il voir, dans un
regard photographié, la traversée du modèle pour que son âme, en
quelque sorte, soit révélée, mise au jour ? Ou bien chaque portrait
n’est-il pas, en réalité, qu’un portrait de l’art lui-même ? En
l’occurrence photographique. Le grain de la peau et les reflets du
visage apparaissant, dans cette perspective, comme une recherche sur
le grain de la photographie, sa matière, ou la profondeur de toute
représentation.
Ce portrait en noir et blanc, épigraphe de Tout ange est terrible, est
accompagné d’un vers de Friedrich Nietzsche, extrait de Ainsi parlait
Zarathoustra, « O Mensch! Gib acht ! » (Ô Homme ! Prends
garde !) ». Le regard fait vibrer, comme un battement ou une pulsion
du corps, tout portrait qui en révèle l’émotion.
L’œuvre de Marie-Jo Lafontaine met à nu le secret des images, du
portrait, des corps et des couleurs pour les réinventer. Ainsi, dans
l’exposition Tout ange est terrible, il est souvent question d’une
esthétique chromatique. L’expérience entre hypnose et hallucination
d’un merveilleux monochrome, rouge, ouvre un parcours que
prolonge la plasticité subtile des couleurs florales (lie de vin, blanche,
2
jaune, orangée, rouge, rose, mauve). Or telle intensité perceptive, celle
d’une fleur qui éclot comme paradoxalement d’une autre qui se fane,
nous entretient de la splendeur et de la vanité du vivant. Illusion
visuelle, aussi, ces pétales pourraient-elles être des fragments
d’algues, de coraux, d’astres ? Sensible et sensorielle, glacée,
matiériste, la photographie de Marie-Jo Lafontaine demeure, à ciel
ouvert, la mise en image d’une fragilité lumineuse et d’un défi
constant.
Les corps de Tout ange est terrible sont inquiets. Sentinelles qui
veillent, ils observent. Ligotés sans liens apparents, étirés, tendus, ils
semblent écartelés. Représentés de dos, une menace peut surgir,
photographiés de face, ils affrontent la réalité du monde. Car elle est
là, l’ambition de Marie-Jo Lafontaine, son utopie : réunir dans ses
images l’essentiel de la condition humaine, des femmes et des
hommes, et aussi de la philosophie du monde visible dont elle
personnifie l’aventure.
Alexandre Castant

Toont :
Lafontaine Marie-Jo

Deze website maakt gebruik van cookies

We gebruiken cookies om een goede werking van de website te garanderen, u kunt onze juridische informatie en ons privacybeleid lezen voor meer informatie.